Un îlot Street Art à Pantin pas comme les autres : Le 27 Pantin

Un îlot Street Art à Pantin pas comme les autres : Le 27 Pantin

20 juin 2022 0 Par Séverine

Du Street Art à Pantin, dans le Nord de Paris, vous pouvez en trouver un peu de partout ; mais une concentration de fresques & graffitis réalisés par une trentaine d’artistes reconnus c’est assez rare. Encore plus rare quand cela se passe dans une cité, et que le projet est mené par deux femmes qui vivent celle-ci au quotidien. Eva Greiffemberg de la Maison du projet et Fanny Carlotti, Directrice de la maternelle qui est au centre de l’îlot, ont relevé leurs manches et réussit avec l’aide de partenaires à transformer cette cité en un très beau lieu d’expérimentation artistique.

Street Art à Pantin - Oeuvre de la Street Artiste LOUYZ

Louyz – Le 27 Pantin – Photo ©Altinnov

 

L’îlot 27 une cité Street Art pas comme les autres

Lorsqu’on s’engouffre par un immense porche dans la cité c’est une véritable galerie d’art qui nous accueille. Les poteaux qui nous entourent sont tous recouverts d’œuvres réalisées par les artistes ayant participé au projet. Là tout de suite on comprend que ce n’est pas une cité comme les autres ! D’ailleurs l’ambiance est paisible et l’on s’y sent bien.

street art à Pantin - entrée de lilot 27 avec les oeuvres de Djalouz, Kashink, Rémi Cierco

Djalouz – Kashink – Rémi Cierco – Photo ©Altinnov

 

Les habitants sourient à l’idée de nous voir déambuler au cœur de leur lieu de vie. On sent réellement que le projet a fédéré ceux-ci et qu’ils prennent grand soin de leur environnement. La découverte des lieux est un bonheur pour les yeux ; des fresques géantes se partagent les murs avec des graffitis structurés.

 

Comme un air d’enfance

Le Street Art à Pantin m’a faite retombée en enfance l’espace d’un instant. Lorsque j’ai vu la fresque réalisée par Rémi Cierco et Claks One je n’ai pu m’empêcher de fredonner une vieille chanson de Pierre Perret « donnez nous des jardins pour y faire des bêtises, d’où l’on r’vient des p’tites fleurs à la main, quand on a déchiré sa chemise,… »

 

Street Art et enfance au 27 Pantin - oeuvre réalisée par Rémi Cierco et Claks One

Rémi Cierco – Claks One – Photo ©Altinnov

 

Étrange, étrange, car comme vous le savez une cité c’est plutôt bétonné ! Mais voilà je venais tout juste de me perdre dans la fraîche nature de l’artiste LOUYZ. Son immense oiseau flamboyant et son lézard des savanes ont du avoir un impact sur mon inconscient pour que je me mette à fredonner telle chanson ! Nous le savons tous l’art influe sur notre état mental et j’ai donc oublié l’espace d’un instant le béton de la cité.

 

lézard peint et foret tropicale de la street artiste LOUYZ

LOUYZ – Photo ©Altinnov

 

D’autres œuvres comme les oursons un tantinet allumés de Zach Oréo ou les personnages de Géraud Delort alias Don Pablo contribuent à donner au 27 Pantin un petit air d’île enchantée.

 

Graffiti à Pantin par l'artiste Zach Oréo

Zach Oréo – Photo @Altinnov

 

Géraud Delort alias Don Pablo

Géraud Delort alias Don Pablo – Photo ©Altinnov

graffitis à Pantin par l'artiste Géraud Delort alias Don Pablo

Géraud Delort alias Don Pablo – Photo ©Altinnov

 

Une belle palette d’œuvres contrastées pour cet îlot 27

Certes certains artistes ont été influencés par l’école maternelle qui se situe au centre de la cité, mais pas tous ! Le 27 Pantin donne à voir des styles très différents, ce qui offre parfois de saisissants contrastes. Les doux visages peints par Manyoly percutent la fresque en noir & blanc de Théo Haggaï. Une magnifique fresque qui invite à la solidarité, au vivre ensemble. Malgré son contraste très brut elle me fait penser à un mandala de la paix au final très doux.

 

Visage peint par l'artiste manyoly au 27 pantin

Manyoly – Photo ©Altinnov

 

Street Art Pantin - oeuvre magique de l'artiste Thé Haggai

Théo Haggaï – Photo ©Altinnov

 

Les étonnants visages tout en rondeurs de Kashink qui milite pour l’égalité des genres offrent eux aussi un contraste saisissant avec les personnages à géométrie variable de l’artiste DacRuZ.

 

all cats are beautiful !!! par la street artiste kashink

all cats are beautiful !!! – kashink – Photo ©Altinnov

 

DACRUZ

DacRuZ – Photo ©Altinnov

 

Sur la dalle, au cœur de la cité on retrouve les mêmes oppositions. Yellow, a réalisé une œuvre très “zulu nation”, haute en couleurs, en reprenant les codes de l’estampe et du guerrier japonais. Au dos de cette œuvre on retrouve une vague de douceur avec le travail de Coralie LR.

 

YELLOW Boompab - street art - hip hop -zulu nation

YELLOW – Photo ©Altinnov

 

oeuvre street art de Coralie LR

Coralie LR – Photo ©Altinnov

 

Je vais terminer ce paragraphe par mon coup de cœur du 27 Pantin, hé oui j’ai décidé de faire dans chaque article un petit focus sur l’œuvre qui m’a le plus touchée. J’ai sélectionné celle de l’artiste Djalouz pour deux raisons. La première : la thématique de l’union et de la paix qui me semble être essentielle pour mieux vivre tous ensemble et qui est vraiment mise à mal dans notre société de plus en plus brutale. La seconde : J’ai toujours admiré l’écriture en 3D de cet artiste et dans cette œuvre il cumule anamorphose et « lettering » en 3D avec une remarquable aisance. Je ne vais pas vous dire que je trouve cette œuvre parfaite, car la perfection n’existe que dans nos rêves, mais elle n’en est pas loin 😉 Je ne vous ai mis qu’un seul côté de l’œuvre pour que vous puissiez découvrir l’autre lors de votre passage à Pantin !

 

Street Art à Pantin - Anamorphisme et 3D par l'artiste Dajouz

“Unis et en paix” – Djalouz – Photo ©Altinnov

 

De magnifiques graffitis viennent enjoliver la découverte

Une visite street art à Pantin ou ailleurs sans graffiti ne fait jamais mon bonheur !

Certains des artistes que j’ai mentionné ci-dessus se définissent comme graffeurs, même s’ils réalisent de plus en plus des fresques de grandes tailles et s’éloignent un peu du graffiti old style ou encore du lettering stylisé. Vous n’êtes pas censer ignorer que j’adore cette pratique et à chaque découverte de lieu, de nouvelles typographies viennent interroger mon regard. Cette fois-ci c’est le mot renaissance ultra stylisé, comme un bas relief Italien, qui m’a attrapé les yeux. Cette œuvre réalisée à quatre mains par Nawak & Namasté décrit bien se qui s’est passé au sein de l’îlot 27 grâce à ce projet Street Art. Cette cité n’a plus du tout des airs de cité, d’ailleurs aucun tag ne vient détériorer les œuvres !

 

renaissance Street Art à Pantin par Nawak et Namasté

Nawak & Namasté – Photo ©Altinnov

 

Dans un style plus urbain on retrouve également les signatures des graffeurs Mizer et Orage.

ONE MIZER STREET ART

Mizer – Photo ©Altinnov

 

ORAGE STREET ART

Orage – Photo ©Altinnov

 

Vous devez trouver étrange l’absence de tags dans les lieux ; car Pantin regorge de « crew » de graffeurs… Mais en fait entre graffeurs il y a du respect. D’ailleurs si vous regarder le coin en bas à droite de l’œuvre de Zach Oréo, vous y découvrirez le nom de deux équipes de graffeurs qui sévissent dans les environ. Un clin d’œil intelligent.

 

Comment et pourquoi aller déguster du Street Art à Pantin ?

Très sincèrement vous pouvez aller découvrir Le 27 Pantin seul ou accompagné ; il n’y a aucun souci à vous faire ! L’entrée est au 21 rue Auger à Pantin et il vous faudra une bonne heure pour voir toutes les œuvres. Mais je vous conseille vivement de faire une visite un dimanche accompagné de l’excellentissime Sigismond qui avec ses mots et son amour de l’art urbain vous permettra de prendre la réelle dimension de cet incroyable projet et le lien qu’il a créé entre les habitants et aussi avec les artistes. La visite est gratuite, mais vous allez tellement l’adorer que vous voudrez certainement lui glisser quelque chose dans la main et lui vous glissera à l’oreille quelques lieux à visiter autour de l’ilot 27 😉 Pour avoir les dates vous pouvez les contacter sur Facebook ou Instagram et ils vous répondront avec grand plaisir ! D’ailleurs c’est vraiment le moment d’y aller car les artistes sont en ce moment au travail et viennent encore embellir un peu plus les lieux ! Si je vous conseille avec insistance ce lieu c’est tout simplement parce qu’il est la preuve que l’on peut transformer une cité, un espace de vie plutôt triste en un lieu agréable à vivre. Avec de la volonté tout est possible et j’ai rarement ressenti une « cité » paisible. Même à Vitry-sur-Seine où le Street Art est très présent, l’accueil n’est pas vraiment le même !

 

Allez je file vers de nouvelles aventures Street Art. Et comme d’habitude, si vous avez aimé, partagez et pour ceux d’entre-vous qui ne sont pas trop réseaux sociaux, vous pouvez aussi vous inscrire à ma Newsletter qui arrive dans votre boîte mail tous les deux mois 😉

À très bientôt sous le soleil de l’Italie

Séverine